Récit de course : Challenge de Cernay

 

Bravo à toutes et à tous pour votre participation au challenge de Cernay, vous trouverez le mot de l’organisation ci-dessous:

Pour le CIV Chevreuse mention spéciale a toute l’équipe qui remporte le challenge grand prix clubs, première sur 5 équipes avec le cumul des performances suivantes

  • Marathon Arnaud 3h36:49
  • Semi F Eve 1h44:06
  • Semi H Raouf 1h32:32
  • 10 km F Elizabeth 46:58
  • 10 km H Ludovic 49:48

En individuel,

  • Agnès signe le 4eme temps du marathon 1ère de sa catégorie en 3h47
  • Margaret et Daniel finissent 1ers de leur catégorie respective sur le semi, de même pour Elizabeth sur le 10km.
  • Coralie 2eme de sa catégorie sur le 10km
  • Eve, Aude, Jacqueline et Nelly 3eme de leur catégorie sur le semi
  • Leila 3eme de sa catégorie sur le 10km.

Le détail des résultats via les liens ci-dessous:

Encore bravo à toutes et à tous et merci aux nombreux bénévoles du CIVC.

Nous ne manquerons pas de célébrer vos performances dès que les conditions nous le permettront.

 

Cliquez sur les images pour les agrandir

Récit de course : Veni Vidi

 

Une course SANS……une Course 100% !!!

Il y a quelques mois, prise dans l’effervescence du printemps, en manque de courses et de l’ambiance associée, mais boostee par le Trail des Glaciers de la Vanoise et portée par une dynamique de groupe,  je me suis inscrite à la Veni Vici, départ Pont du Gard, arrivée Uzès. Une course qui a tenté d’avoir lieu en 2020, à deux reprises et dont voici in fine la première occurrence.

Et puis, et puis, et puis…l’été est arrivé, ma vie a changé et a laissé beaucoup, beaucoup moins de temps à l’entraînement, nous devions être 3 ou 4 à s’inscrire et je me suis  retrouvée seule (du CIVC, parce que sinon, 4500 personnes tout de même….), le CIVC a proposé une autre course ce même jour… Bref,la motivation flanchait un peu…..mais bon, l’endroit est très beau, et un peu familier, la météo était prometteuse, donc Go, quoi qu’il arrive !!

Et finalement, la date s’est approchée sur la pointe des pieds et me voici partie pour la ligne de départ, mais en oubliant mon sac avec : ravito sec, montre, kleenex et frontale. Encore heureux que je n’ai pas oublié les chaussures !!! ( ne riez pas, je suis déjà partie sur un trail de montagne avec mes runnings de ville….c’est Nelly qui s’en est rendue compte au moment de me chausser…….).

Déjà Sans… entrainement, Sans…partenaire de course, Sans….tête connue pour encourager sur le parcours, ce sac manquant, ça finit par faire beaucoup de «sans» cette histoire……mais par contre «avec» 4 kgs de trop… le moral chute un peu…

Mais rapidement, le positif prend le dessus : avec le soleil, avec la musique, avec l’ambiance retrouvée des débuts de course, avec des gens sympas tout autour (venant de Gard, Herault, Vaucluse, Lozère, Aude…j’ai l’impression d’être la seule francilienne !!), avec un site magnifique pour le départ, avec la promesse de beaux paysages, avec la perspective d’une arrivée majestueuse sur la place du château et de retrouvailles avec mon plus fidèle supporter…

Et la procédure de départ ne démérite pas : quel plaisir de se retrouver nombreux sur la ligne, avec cette excitation de l’épreuve à venir et ce sentiment de partager une même aventure, l’ambianceur fait son job et on part par vagues de 200. Sur la distance sur laquelle je me suis inscrite (22 Km, 510 m. D+), nous sommes 1500 coureurs et des marcheurs aussi, dont certains s’avéreront redoutables.

Les tout premiers mètres nous amènent sur le Pont du Gard, puis tout autour de ce site remarquable où vous vous doutez bien que ce n’est pas exactement plat (sinon pourquoi construire trois hauteurs d’arches ?).

C’est chouette, le départ par vagues, je me suis bien débrouillée, je pars dans la 3eme vague, au  milieu, et du coup je ne suis pas trop vite dans les derniers !!!! Ça me change de d’habitude (dit-elle, comme si elle faisait une course par mois…enfin, l’habitude d’avant Corona !! ).

Après avoir longé les arches de la canalisation, nous traversons le beau village de Vers-Pont-du-Gard, puis, passage dans la garrigue avant Argilliers où nous attend un ravito bienvenu (puisque j’ai oublié le mien !). Je fais le plein d’abricots secs et d’eau, et je repars pour les deux tiers restants du parcours.

Les vignes aux couleurs d’automne, les vues de la garrigue ondoyante depuis les crêtes survolées de montgolfières sont magnifiques…ça fait un peu oublier les piètres performances imputables au manque d’entrainement.

Vers la moitié du parcours, commencent les difficultés techniques ( enfin, à mon échelle….) : les côtes, les pierriers, les singles accidentés, les pierres plates glissantes (même s’il n’a pas plu ces derniers jours, eh bien, elles sont glissantes, na..) et les jambes commencent à être lourdes.

Je joue à l’accordéon avec un groupe de trois filles du Lot et Garonne ; elles sont aussi irrégulières que moi et marchent aussi parfois, on se trouve en opposition de phase, ça fait un peu de compagnie et me permet d’avoir de temps à autre un check temps-distance…..(elles ont une montre, elles ….)

Puis nous sommes gratifiés d’un magnifique coucher de soleil dont je profite à fond, avant de me dire que « voilà, la partie facile est terminée, maintenant il faut finir de nuit sans frontale ». Il me reste 5 kms environ, avec une descente escarpée et la belle montée sur Uzès en fin de parcours. A ma vitesse, c’est un bon 45’.

J’essaie d’accrocher les coureurs bien équipés mais beaucoup vont trop vite pour moi et me doublent, sur la fin même des marcheurs nordiques me doubleront, impressionnants !

Une fois je me retourne (pour voir où est mon prochain « éclaireur » ) et je vois la colline parcourue par ce ruban de petites lumières sautillantes….c’est si magique ce moment de communion dans l’effort. D’un côté, je me dis « chouette, il y en a encore beaucoup derrière moi» mais l’histoire dira que ce sont surtout des coureurs de la longue distance (65 km) qui sont partis de Nîmes ce matin, ah ah ( pas grave, de nuit et de loin, je ne le sais pas ).

Une fois dans la vallée d’Eure, à la source de l’Alzon et donc au point de départ de l’ancien aqueduc romain, j’ai mes repères : j’entends la musique de l’arrivée, je vois la tour Fenestrelle d’Uzes illuminée là-haut, je sais qu’il faut franchir la rivière quelque part, je décide d’utiliser ce qu’il reste de batterie de mon téléphone portable en fonction torche.

Le finish tient ses promesses, avec la traversée du Centre Ville historique qui rebooste et donne des ailes, l’arrivée devant le château dans une belle ambiance, l’émotion qui déborde, bobos partout mais tellement heureuse d’avoir juste fini et renoué avec l’épreuve en pleine nature. 3h13, mais pas la dernière. 100% bonheur, 100% vivante, 100% Vive Le Trail !

Florence

Diaporama disponible ici: https://www.lavenivici.com/galerie/

Récit de course : L’hivernale

Je préfère les récits en image ou vidéo, mais là, je vais en faire un peu plus exceptionnellement. Il est 7h, je me lève, je bouscule personne, comme d’habitude, et je me demande pourquoi je me suis inscrit à une course un dimanche matin si tôt ! Je n’aime pas ça courir le matin. A quand les départs à 18h ? Heureusement, j’ai mes auto-stoppeuses à récupérer. Je dois vraiment y aller. Je récupère Amélie, Virginie puis Françoise. Elles sont bien plus réveillées que moi, ça discute, ambiance très sympatrique. La température monte d’un cran avec une chanson de Laurie Darmon “Laisse-moi t’aimer” qui passe à la radio. Je ne regrette plus de mettre levé si tôt !
On arrive à se garer à 50m du départ sans problème, quelle organisation au CIVC. On va donc sur la plage, que je connais bien depuis que je suis tout petit, pour récupérer les dossards, et là, waouh :
J’ai presque regretté de ne pas avoir pris ma serviette de plage. Petit footing d’échauffement, un peu de PPG (pour faire plaisir à notre belle coach), un peu de blabla et direction le départ. Cela fait 433 jours que je n’ai pas participé à une course officielle, alors je profite à fond de l’ambiance. Il n’y a pas trop de monde, on est sur une plage, l’objectif est simplement de participer sans les bobos. Avec Françoise, on se dirige vers le départ en prenant notre temps, c’est bien 18h le départ ? Ah non, c’est tout de suite. Alors on se place donc derrière tout le monde, histoire de laisser une chance à tous de faire un podium :
Il reste maintenant à remonter tout le monde. Le temps est automnal. Même le parfum dans les bois me fait penser à l’automne. C’est idéal pour faire une bonne course. J’ai rapidement perdu Françoise dans la foule et la précipitation. Je remonte les coureurs jusqu’à rattraper des CIVC. La première descente arrive avec une petite angoisse, ça passe en douceur, ouf. Je rattrape Amélie qui chantonne encore des “La la la la la, la la la la la la”. Je passe le 10KM en 1 heure, je suis dans mes temps habituels sans trop de fatigue, c’est top et je prends beaucoup de plaisir. Je profite comme si c’était la dernière … Je croise, pardon, je rattrape Virginie qui semble être dans le brouillard totale (buée sur ses lunettes). J’en profite pour la doubler pour une fois qu’elle va moins vite que moi. Je suis rassuré, j’ai retrouvé mes trois auto-stoppeuses. Elles ne pourront pas partir sans moi, je suis en tête ! Je vois la ligne d’arrivée. Ma montre m’affiche 10.5km, bizarre et 966m de dénivelé positif, moins bizarre, les Suunto 9 ont des GPS très approximatifs). C’est déjà terminé. Une petite soupe (top!) et on retrouve les amis du CIVC sur la plage. Une petite photo de groupe pour finir cette belle course !
Par chance, mes filles ont oublié un paquet de bonbons de deux kilos dans la voiture. Qui en a mangé le plus ? Réponse mercredi soir.
Le retour se fera dans la bonne humeur comme à l’aller.
La la la la la, la la la la la la …
Guillaume
PS : sous vouloir dénoncer Virginie, c’était son anniversaire. Elle va profiter du pot de mercredi pour fêter ça, quelle bonne idée !
 
Toutes les photos sont disponibles sur le site de l’hivernale

Résultats du 24 Kms

Pl.DosNomClubSxCatMARCHETempsMoyPar cat.
65.453ROUX GAUTHIERC.I.V. CHEVREUSEHommeSEH1:57:5312,2218
85.35BEN TAIEB RAOUFC.I.V. CHEVREUSEHommeM1H2:01:3711,8422
94.216GERARD THOMASC.I.V. CHEVREUSEHommeM1H2:03:3811,6524
106.227GOMEZ SOSA MOISESC.I.V. CHEVREUSEHommeM1H2:05:4711,4527
141.86CAVALLI BERTRANDC.I.V. CHEVREUSEHommeM1H2:11:0010,9934
159.273JOUANNO LAURENCEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM2F2:13:4010,772
182.7AMICHOT-SOULARD EVEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM4F2:16:4310,531
209.282KLEIN LAURENTC.I.V. CHEVREUSEHommeM1H2:20:5810,2243
218.260HYVON DAVIDC.I.V. CHEVREUSEHommeM2H2:21:3510,1742
230.232GRENIER CELINEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM2F2:23:2210,046
231.130LETIZIA DARIOC.I.V. CHEVREUSEHommeM3H2:23:2310,0429
236.480SPAAK PATRICC.I.V. CHEVREUSEHommeM3H2:23:581031
307.335LHOPITAL PATRICKC.I.V. CHEVREUSEHommeM3H2:30:179,5843
336.408PETAZZONI PHILIPPEC.I.V. CHEVREUSEHommeM5H2:34:099,3412
368.17BAILLARD PATRICKC.I.V. CHEVREUSEHommeM2H2:37:499,1257
371.455SACCHET THIERRYC.I.V. CHEVREUSEHommeM3H2:37:569,1250
384.477SOULARD ANGELEC.I.V. CHEVREUSEFemmeSEF2:39:439,028
391.27BATHELLIER MONIKAC.I.V. CHEVREUSEFemmeM1F2:40:458,9611
401.254HERVY BRUNOC.I.V. CHEVREUSEHommeM3H2:42:278,8656
407.368MIRGUET OLIVIERC.I.V. CHEVREUSEHommeM2H2:42:528,8462
413.432RAFIN DANIELC.I.V. CHEVREUSEHommeM6H2:43:478,795
424.442RICHARD PHILIPPEC.I.V. CHEVREUSEHommeM5H2:45:348,717
438.259HUBER YVESC.I.V. CHEVREUSEHommeM3H2:48:048,5761
447.190ETCHEPARE BEATRICEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM3F2:51:248,413
448.356MATERNE FRANCOISC.I.V. CHEVREUSEHommeM3H2:51:458,3862
457.299LASBLEIZ JULIEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM0F2:54:508,2413
475.423PORCHERON MAUDC.I.V. CHEVREUSEFemmeM1F3:05:107,7814
482.175DUFRASNES FLORENCEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM4F3:19:217,227

Résultats du 12 Kms

Pl.DosNomClubSxCatMARCHETempsMoyPar cat.
139.904MENGUY THOMASC.I.V. CHEVREUSEHommeM1H1:05:4110,9625
167.897MARTIN GUILLAUMEC.I.V. CHEVREUSEHommeM2H1:07:2810,6721
169.702COURTAI FRANCISC.I.V. CHEVREUSEHommeM4H1:07:4810,6213
217.660CAPELLE VIRGINIEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM1F1:10:4910,173
219.871LESEINE VASSIAC.I.V. CHEVREUSEHommeM0H1:11:0210,1421
225.876LIBERT DELPHINEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM0F1:11:2110,096
244.624BONNET AMELIEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM0F1:12:539,887
254.725DES LIGNERIS HuguesC.I.V. CHEVREUSEHommeM2H1:13:269,833
266.940OHAYON ERICC.I.V. CHEVREUSEHommeM4H1:14:219,6821
267.802HELLO CLAIREC.I.V. CHEVREUSEFemmeM4F1:14:219,682
278.655CADOT FRANCOISEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM5F1:15:029,63
280.631BOUCHER ERICC.I.V. CHEVREUSEHommeM4H1:15:319,5323
290.858LECUYER JACQUELINEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM5F1:16:199,434
291.641BOUVET FRANCOISEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM4F1:16:209,434
297.1007SCHLAEINTZAUER LAURENTC.I.V. CHEVREUSEHommeM4H1:16:579,3624
380.1003ROY BROWNBRULANT NATHALIEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM3F1:23:278,6321
383.806HUBER GAELLEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM1F1:24:188,5420
384.691CORNETET VALERIEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM3F1:24:188,5422
400.568KAHAN RAPHAELC.I.V. CHEVREUSEHommeM5H12 KM MARCHE1:29:168,0716
417.563FERRANDO PHILIPPEC.I.V. CHEVREUSEHommeM5H12 KM MARCHE1:39:277,2417
435.561DUFRASNE DOMINIQUEC.I.V. CHEVREUSEHommeM4H12 KM MARCHE1:57:226,1330
436.562ENSMINGER JOELLEC.I.V. CHEVREUSEFemmeM3F12 KM MARCHE1:57:226,1332

Récit de course : Le Raid 28 du Raid 28

Pour ceux qui ne connaissent pas, une course d’orientation en équipe, de nuit et en hiver, en autonomie complète, là est le concept du Raid 28….
En 2019, Viviane Perignon dite « Vivi » une petite camarade du CAP Cernay, à l’arrivée de la route des 4 châteaux a réussi à nous embarquer dans cette jolie aventure, avec Patrick Bonnot du CAP Cernay et organisateur de courses, Hélène Artus, Anne Ruas et moi toutes deux du CIV Chevreuse.

Le concept sur le Raid 28 est que sur la distance sur laquelle nous étions inscrites, l’équipe devait être composée de 5 personnes dont 1 fille…. Vous avez dû remarquer nous étions quatre filles et un garçon. Donc déjà ça craignait…. Le nom de l’équipe était tout de suite trouvé : « Charly et ses drôles de dames »
Une précision, l’équipe doit terminer complète, et passer par tous les « PC » course.
Donc on est attentif à l’autre.

Fortes de l’expérience de 2019, nous avons donc «rempilés » pour 2020…. Même distance : 70kms – si vous ne jardinez pas de trop – départ à 20h00 en janvier… même délire….
Il faut trouver des balises, vertes, bleues, des spéciales… Bref, un vrai jeu de piste. Pour cela, vous disposez de cartes, de légendes qui vous « indiquent » où se trouvent les balises diverses et variées… Attention à l’erreur, elle est si vite arrivée…
Bref, une fois le départ donné nous voilà à cinq penchés sur nos cartes à reporter ces fichues balises.

20h22 nous quittons le gymnase chaud pour nous embarquer dans le froid. Notre petite équipe discute, rigole et gambade d’un bon pas. Nous voilà donc à la recherche de balises….
Les vertes qui vous indiquent le chemin, mais attention en louper une vous donnera 20 minutes de pénalités…les bleues qui peuvent vous faire gagner 15, 20 minutes… Mais celles-ci ne se trouvent pas réellement sur le parcours…. Ce serait si simple, il faut quelque fois faire du « hors-piste » dans le « quéqué » comme dirait certain…. Et puis si vous mettez 20 minutes à trouver « une verte » qui devait vous donner 15 minutes de bonification… Donc il faut une stratégie de course…
Cette année nous avions tout de même décidé de trouver plus de balises « bleues « que l’année passée… De toute manière notre benjamine était intraitable…. Elle voulait du bleu !
Cependant nous avons bien jardiné… à peu près 4h30 pour arriver au « PC1 » de course, accueilli par la musique, et les bénévoles toujours aussi agréables. Une précision il y avait « 10 PC » sur la totalité du parcours…. Et une centaine de balises

Nous en avons fait des « suivre le ruisseau » ; « Promontoire à l’altitude 150 à l’est du rentrant le plus marqué » ; « méandre » ; « vestiges archéologiques, entre les deux enceintes » « mare bord nord » ; « jonction de chemin ». et j’en passe… un vrai régal !
Mais nous mettions notre stratégie de course en action, déploiement en éventail et tout le monde se colle à la recherche de la balise…. Hou hou gentille balise où es-tu ???
Des arrêts pour relire les définitions, se repérer sur la carte…. Mais là ce fut « Charly » qui si collait le plus… aidé de ses drôles de dames. Il y a eu des fous rires, des gamelles dans la boue, hein Hélène, des ronces dans les jambes, des branches dans la figure…. Hein Hélène…. Encore toi !
Et Anne, le cabri doublé d’une gazelle qui dans les descentes nous criait : la première qui tombe à un gage !
Dès qui veut le doigt ??? Ah oui, j’avais oublié nous avions un droit électronique…. Pour le pointage de la balise. Il y a eu un PC au petit matin, il me semble vers Coignières où une odeur de pain nous titillait les narines… Nous avons même pensé trouver un distributeur de café à la gare…. Pour vous dire dans quel état nous étions au petit matin….
Pour ma part, je m’étais « callé » entre deux copines, car ma lampe frontale avec ses trois piles déficientes n’éclairait plus terrible et il fallait que j’attende un peu avant d’insérer ma batterie de rechange. Visiblement les piles du “Boubou” n’avaient pas bien pris la charge. Je fus un peu grognon…. Autant dire que lorsque nous sommes arrivés au « PC5 » (le temps passe vite hein ??), le « Boubou » en a entendu… de ma part, mais aussi de mes charmantes petites camarades…. Mais tout fut sur le ton de la plaisanterie.
Et ce fameux « PC5 » où en haut du talus nous avons constaté qu’il fallait traverser un ruisseau, où là notre « Charly » se proposait de nous aider, pour que nous évitions de nous mouiller les pieds. J’ai beaucoup aimé la remarque de «Vivi » : tu vas faire un pont et on va te passer dessus ?
En deux temps, trois mouvements, la voilà les pieds dans l’eau et nous lui avons emboité le pas. J’avoue que cela fait du bien…. Non je plaisante. Au moins pendant un instant nos chaussures ont été propres…
Les « PC 6 et PC7 » sont arrivés rapidement, sur le PC6 nous fûmes accueillis par des bénévoles du « GAG », coureurs avec lesquels est organisé chaque année la sortie du mois de septembre.
Puis sur le PC7, nous avons vu aussi Philippe Richard, qui organise des sorties nocturnes le mardi. Sur le PC8, ce fut également un plaisir de voir Claire Hello, plaisir réciproque.

Le jour s’était levé et le soleil commençait un peu à nous réchauffer, mais la fatigue se faisait sentir tout de même. Nous avons encore été chercher quelques « bleues », loupées deux vertes – trop simples à trouver ? – descendu, remonté…
Puis enfin Gif, le début du bassin de retenue de Bures, encore une balise à trouver. Nous avons pris une petite allure en alternant marche et course à pied. La sortie du bassin de Bures où Christophe, le conjoint de Vivi nous attendait, ravi de notre nouvelle performance.
Anne qui voulait « sprinter »… Ah ces jeunes !
Puis l’arche d’arrivée ou « Boubou » (Eric) donnait de la voix avec les enfants de Vivi. Le tapis rouge… attention on ne rigole pas au Raid 28…. Tapis rouge… mieux que les escaliers à Cannes, l’entrée dans le gymnase, et enfin « terminé » cette belle épreuve difficile mais qui vous apprend tellement. Ce partage avec l’équipe des bons et mauvais moments, la sollicitude des uns envers les autres, le respect, bref une très belle aventure humaine en équipe !

Cette année nous n’étions pas la seule équipe CIV Chevreuse ++ ; en effet notre équipe était composée de 2 personnes du Cap Cernay que j’ai nommé : Vivi et Patrick, d’Hélène l’électron libre, d’Anne et de moi.
Nous avions aussi une équipe de trois sur le semi Raid 28 : Pascal Leproust du CIV Chevreuse, Luc Robert et Christophe Dewynter pour les « Canards Boiteux »
Et pour leur première participation sur le Bures 28 : Céline Grenier, Patrick Baillard et Laurent Schlaeintzaeur pour les « 6 pieds sur terre ».
Dans une autre équipe sur le Bures 28 : Véronique Dewynter et deux de ses camarades pour « Comme d’habitude »
Autant dire de nombreux CIV !
Toutes ces équipes ont été « finisheuses » comme on dit dans le jargon course à pied.
Bravo à tous.
Sylvie AS.
Les drôles de dames, le remake.

Récit de course : Le Bures 28 du Raid 28

Cette année Céline, Laurent et moi même (Patrick) avons décidé de faire le Raid 28 ou plus précisément le Bures 28 !
Commençons par une brève description de ce trail: c’est une course d’orientation par équipe (de 3 à 5) dont vous ne connaissez pas le parcours à l’avance et en totale autonomie. Cette année 4 distances étaient proposées:12kms (mini-raid28), 28kms (bures 28), 45kms (semi-raid 28) et 70kms (raid 28 et equipotrail 28).
Qui dit équipe dit nom d’équipe, voici donc le récit des “6 pieds sur terre” !
Le rendez-vous est donné pour le Bures 28, le dimanche 19 Janvier à 7h30 au gymnase de la fac d’Orsay et il ne fait pas très chaud car le thermomètre affiche tout de même -1°C.
Toutes les équipes se retrouvent à l’intérieur du gymnase où il fait tout de même un peu plus chaud et on nous fournit les premiers éléments à savoir, notre dossard, un cache col chacun, des premières instructions (mais pas encore le parcours) et un doigt électronique pour enregistrer les balises.
Nous avons à notre disposition une consigne qui est en fait une partie du gymnase réservé à cet effet avec une étiquette à apposer sur nos sacs que nous retrouverons à l’arrivée pour nous permettre, après une bonne douche de nous changer. C’est toujours sympa de prévoir l’après course !
A 8h30 les choses sérieuses commencent! Tous les capitaines d’équipes sont alignés! A quelques mètres en face d’eux une pochette avec leur numéro d’équipe contient le fameux parcours. Le top départ est lancé, chaque capitaine récupère sa pochette et nous nous dirigeons vers le car qui nous est assigné. Oui! car le départ ne se fait pas du gymnase mais de Mesnil-Saint-Denis où nous serons déposés en car (top cette organisation !).
Une fois assis dans le car nous sortons le précieux sésame qui va nous guider tout au long du parcours. A l’intérieur de la pochette se trouve donc le road book qui est composé d’une description des légendes qui figurent sur les cartes, de la liste des points de passages, des cartes au 1/20000e et des annexes.
Ce que j’ai oublié de préciser, c’est qu’il y a 3 types de points de passages: les points de contrôles, les balises obligatoires et les optionnelles. Les points de contrôles sont là pour vérifier que l’équipe est toujours unie et qu’il n’y a pas de blessé à rapatrier, les balises obligatoires doivent être validées par le doigt électronique sous peine de pénalité de temps, les balises optionnelles, si elles sont validées, vous apportent un bonus de temps. L’équipe qui arrive la première n’est pas forcément celle qui sera sur le podium, tout dépend des balises que vous aurez validé ou non.
Donc dans le car le but du jeu est, à partir du document qui liste les balises de les replacer sur la carte (ben oui on ne va tout de même pas nous faciliter la tâche). Pour les balises obligatoires, pas de problème. C’est assez simple à faire (car nous nous sommes entraînés). Par contre pour les optionnelles c’est plus compliqué. On a essayé de zieuter sur nos voisins dans le car. Mais trop difficile à comprendre : ils avaient sortis leur boussole et leur règle! Avec l’équipe, on a décidé de se concentrer essentiellement sur les obligatoires. Pour une première participation, on assure le coup !
Je ne sais pas si vous avez déjà essayé de faire de petits cercles sur une carte et d’écrire un chiffre à côté, tout cela dans un car en mouvement. Je peux vous assurer que ce n’est pas évident!! Et puis au bout de 3/4 heure, le mal de mer commence à arriver…
Mais bon nous voilà arriver au château de Mesnil-Saint-Denis. Tout le monde est dehors ! Il fait frisquet. Et là on voit tout de suite, que certaines équipes ne sont pas venues là pour que pour le plaisir de participer mais bel et bien pour le podium: ça détale à toute allure !
Bon nous, on a décidé de le prendre à la cool ! On y va donc tranquillement d’autant qu’au départ il suffit de suivre le gros du troupeau pour trouver les premières balises.
Direction le PC (point de contrôle) n°4 (oui c’est notre premier PC) puis la forêt régionale de Champ Garnier où nous décidons de tenter de trouver des balises optionnelles. C’est là que nous découvrons également un terrain très boueux, nos belles chaussures ont déjà revêtu leur jolie couleur marron et même les chevilles !
On constate très vite aussi que chercher les balises optionnelles ça prend du temps et comme il y a des barrières horaires on décide de ne chercher que les balises obligatoires pour le reste du parcours.
On enchaîne les balises puis le PC5. On y retrouve une figure familière par la présence d’Eric Bouisset qui nous accueille avec son sourire habituel !
Nous aussi on a le sourire mais ça ne va pas durer longtemps car il faut passer sous un pont…..dans l’eau !
Et l’eau à cette époque elle n’est pas très chaude si bien que lorsque l’on se retrouve sur la terre ferme j’ai juste l’impression d’avoir perdu mes 10 orteils vu que je ne les sens plus. Heureusement cela ne dure pas longtemps! On se remet à courir, le trop plein d’eau s’évacue de nos chaussures et la chaleur revient petit à petit, encore quelques foulées et on ne sent plus le froid.
Encore une balise et nous voilà au PC6: finalement ça s’enchaine rapidement. On attaque maintenant la forêt de la Madeleine en direction de Milon-la-Chapelle, on est sur nos terres !
Au PC7, direction maintenant Magny le Village et le PC8 puis Chateaufort et le PC9, un petit passage près de Villiers-le-Bâcle avant de redescendre sur Gif pour le dernier PC avant l’arrivée.
Le bassin de retenue de Bures est en vue, il nous reste 2 balises obligatoires à trouver et j’avoue que l’avant dernière située tout en haut d’une butte a failli nous faire perdre du temps car pas évidente à trouver.
Nous voilà au bout du bassin, la dernière balise est bien visible, encore 1km et c’est l’arrivée.
Enfin le gymnase est devant nous, à l’entrée l’ultime balise d’arrivée et nous pénétrons à l’intérieur très heureux d’avoir participé et terminé cette aventure tous les trois.
Le temps de prendre une douche, de se changer et un repas chaud accompagner d’une bière (l’abus d’alcool tout ça tout ça…) et nous retrouvons des visages connus: Anne, Sylvie, Pascal. Bon eux ont été plus courageux que nous et sont partis les Samedi soir pour certains et le Dimanche en pleine nuit pour les autres. On leur tire notre chapeau et on se prend à rêver qu’un jour nous aussi on pourra faire ces distances.
En conclusion, nous pouvons dire que c’est une super aventure et qu’il ne faut pas hésiter à la tenter, cela change du trail traditionnel et c’est une super expérience.
Un grand merci aux organisateurs car c’est un sacré boulot de préparer tous ces parcours !
Céline, Laurent et Patrick.
 
PS : L’année prochaine c’est les 28 ans du Raid 28, moi je dis ça ne se rate pas alors à l’année prochaine sur la ligne de départ !
 
Retrouvez toutes les photos et les résultats sur le site du Raid 28: http://www.raid28.com/
 

Récit de course : Marathon de Cernay

Dimanche 5 janvier avait lieu le premier marathon (en date) de France. Cela faisait un an que je n’avais pas pris le départ d’un marathon et que j’avais perdu le goût de la course à pied. C’est pour retrouver le plaisir de l’entraînement que je me suis inscrite au CIVC en septembre et ça a marché ! Après deux mois de séances de torture fractionné, j’ai tout à coup eu un besoin irrépressible de m’inscrire à un marathon et de démarrer une prépa !

C’est donc sans objectif de chrono mais avec l’envie de me faire plaisir (quelle drôle d’idée) que je me suis inscrite à Cernay.

L’avantage des courses locales, c’est qu’il n’y a pas le stress du départ aux aurores. Après 15 petites minutes de trajet, nous arrivons à Cernay avec mon chéri qui me largue à un rond-point et repart aussitôt. Il fait encore nuit, je me dirige vers le stade plutôt sereinement et je m’apprête à démarrer ma montre. Ma montre !!! J’ai oublié ma montre !!! Le départ est dans 20mn !!! “Allo Amour ? J’ai oublié ma montre !!!” Je n’envisage pas de faire une course si je ne peux pas vérifier mon allure toute les 30 secondes (chacun ses TOCs). Et me voilà à faire les 100 pas au rond-point à attendre mon barbu. Au bout de 25mn, je le vois arriver, appels de phares, freinage et crissement de pneus, L’Être Aimé me tend ma montre et je pique un sprint en direction du stade. Je ne vois aucun coureur. Juste le speaker avec son micro. Je l’interrompt un peu gênée et lui demande où est le départ pour le marathon. Il me montre au loin un groupe de personnes en fluo en train de courir et me dit : ” Bah ils sont là-bas, ils sont partis.” Aaaaah !!! Re-sprint, je mets ma montre en route et rattrape les coureurs. Heureusement, il n’y a pas trop d’inscrits, je peux donc remonter le flot de participants aisément.

Je me cale sur l’allure de 4’40” ce qui me paraît raisonnable vu le parcours vallonné et ses “côtes roulantes” (non mais de qui se moque-t-on ?). Le parcours bien casse-pattes ne me permettra pas de tenir ce rythme jusqu’au bout. Heureusement les ravitos idéalement positionnées tous les 7km permettent de refaire le plein et les bénévoles ont toujours un mot gentil. Et finalement comme tous les marathons, celui-ci passe très vite.

Pour résumer (oui parce qu’il commence à être long ce compte-rendu) : conditions météo parfaites, pas de crampes, pas de mur du 30ème km, traversée de jolis villages, bénévoles adorables, bière à l’arrivée et surtout les cris de soutien des copains coureurs sur le parcours et à l’arrivée (merciiiii), tout était parfait !!! Cerise sur le gâteau, le podium : 4ème femme au scratch et 1ère Master 2. Temps officiel du coup : 3h29 Temps réel : 3h28. Un marathon au parcours exigeant et à une date atypique : en voilà un qu’on est est fier d’avoir fini. Je signe pour 2021 et vous ?

Laurence

Retrouvez tous les résultats et les photos à cette adresse: https://www.altiandco.fr/1er-challenge-route/resultats/