2 Civc à la VVX le 11 mai 2018

Hello le Civ Chevreuse,

Le week-end passé, je me suis rendu en Auvergne pour participer à l’événement http://www.volvic-vvx.com/

Volvic est connue par certains d’entre vous car nous avons déjà participé au Trail des Vulcains (trail très blanc certaines années !)

J’ai rejoint Véronique Augagneur à Volvic déjà présente depuis quelques jours avec ses parents.
Vendredi, nous avons récupéré nos dossards dans l’ancienne usine d’embouteillage sur le site du Goulet.
Ce très joli site au-dessus du village accueille l’ensemble de la zone des départs et des arrivées des différentes courses, marche rando et animations pour tous.
Ce VVX est aussi l’occasion de partager un week-end trail en famille et avec des amis.

Revenons sur notre course de 83km et 2500m de D+. Le départ est pour le samedi à 4h et donc avec Véronique nous décidons de nous retrouver à 3h20 sur le parking en bas de Volvic afin de prendre une navette pour le site du Goulet.

Avant le départ, nous attendons le fameux briefing avec tous les conseils de course en présence de Kilian Jornet et ses encouragements. Nous apprendrons plus tard que Kilian est sponsorisé et devient ambassadeur des eaux de VOLVIC.

Le départ est donné en musique et nous partons ensemble tranquillement. Au bout d’1h et quart, Véronique me dit qu’elle a les jambes lourdes. Pas très galant, mais je pars devant et le soleil se lève progressivement avec le Puy de Dôme en ligne de mire.

La course traverse le parc Vulcania avant de rejoindre le Chemin des Muletiers pour le sommet du Puy de Dôme où se trouvent le 2e ravito et le contrôle (28e km). C’est sympa, car les coureurs se croisent entre ceux qui montent et ceux qui redescendent. C’est ainsi que je revois Véronique dans les premiers virages de ma descente.
Le paysage est vraiment joli et un tracé bien balisé avec quelques relances.

Au 41e km, 3e ravito, je vois les parents de Véronique et je discute avec eux en mangeant. Vraiment, les ravitos sont excellents et bien achalandés (pas vus cela depuis longtemps sur des trails).
Je repars en passant un appel à Mathilde pour l’informer sur mon avancée. Je reste prudent.

Le 4e ravito, au 60e km, j’arrive un peu fatigué, mais surtout en repartant, je commence à avoir le ventre qui part en vrille (un problème gastrique que je traîne depuis quelques années. Je sais que je n’ai pas écouté Philippe P. afin de prendre le traitement proposé par ses soins).
Tant pis, je continue mais la difficulté est de courir. J’arrive tout de même à boire par petites gorgées. Véronique m’envoie un SMS pour me dire qu’elle stoppe au 41e km et m’encourage («Allez Véro !, d’autres courses t’attendent !»)

Les km avancent lentement et j’avoue que j’ai débranché le cerveau pour continuer. Je marche plus que je cours (seulement par épisodes). Je veux finir et je procède par étapes : d’abord essayer de boire (ouf ! pas de vomissements) et ensuite de trottiner de temps en temps pour me rapprocher du 5e ravito au 72e km. Une fois ce dernier ravito passé, direction Volvic via des chemins et des lieux dont je ne garde pas forcément les images, car je me concentre sur le fait d’en terminer.

Ouf ! le centre de Volvic, encore une dernière montée vers le site de l’arrivée.

La ligne franchie, c’est le soulagement d’avoir fini, mais une course gâchée par mes soucis gastriques.

La prochaine fois, je pars avec le traitement proposé par Philippe P. !!!

Je vous invite à vous renseigner sur cet événement pour l’an prochain, car c’est une belle organisation avec des parcours bien balisés et des sympathiques bénévoles. Plusieurs distances avec des relais et à 3h30 de Chevreuse.

Sportivement.

Pascal Leproust

Jacqueline nous raconte « La Guyancourse 2018 » en goélette (8 avril)

Le 8 avril dernier, des CIVC ont répondu présents sur la ligne de départ de la Guyancourse.

« Juste un petit mot pour remercier le CIV Chevreuse pour sa participation à la Guyancourse en goélette ; Barbara, Claire, Gwenaëlle, Manue, Nelly et moi-même avons partagé un moment fort sympathique en courant avec Nicolas (un passager polyhandicapé de 27 ans de l’Associaition des Tout Petits) dans notre joélette !


D’autres coureurs se sont joints à notre petite équipe : Blandine et Jacques, les éducateurs de Nicolas, Nicolas (un ancien CIVC), Mickaël (Epic et trail de Rochefort) et Thierry et Corinne (CIV Chevreuse de Bullion) sont venus à la rescousse à la dernière minute… ce qui fait que nous étions 12 au total pour se partager la joélette sur les 10 kms de course !

Le soleil était de la partie, la course est toujours aussi belle et l’ambiance très chaleureuse… en clair un agréable moment (même si c’est toujours un peu physique) partagé avec notre passager !


Merci à Nelly et Manue pour l’ambiance : tirer, pousser et chanter sur 10 kms… BRAVO !

Merci aux 4 garçons pour leurs relais à l’arrière de la joélette
Merci aux filles pour les relais à l’avant !

Et au niveau performance ?
1h12 dont un arrêt de plus de 5 minutes au ravitaillement.
C’est très bien, non ? Même si nous sommes partis un peu avant tout le monde…

Jacqueline »

Bravo à tous !

2018-Guyancourse-09

L’Eco Trail de Paris, le samedi 17 mars 2018 – 80 km

L’Eco Trail de Paris 18, c’était le 17 mars dernier. Quatre membres du CIVC y étaient : Véronique et Annie sur le 30 km ainsi que Raphaël et Mathilde sur le 80 km.

20180317_123719

Ils nous racontent leur course…

« Ca y est, il est fait cet Eco Trail, et c’est une bonne chose de faite ! Départ de la base de loisirs de St Quentin, pour arriver au 1er étage de la Tour Eiffel, en passant par Buc, Meudon, Chaville, et le parc de St Cloud. Il y avait longtemps que je m’étais dit qu’il fallait que je le fasse. Je le redoutais pour la longueur et le fait que ce soit très roulant, donc beaucoup de « vraie » course à pied sur une grande longueur. Je ne savais pas en l’abordant que ce ne serait pas ça le plus dur… Car le plus dur, c’était, comme à Reims, la boue, la boue et encore la boue, sur les 7/8è du parcours -seuls les 10 derniers km sur quais de Seine étaient épargnés. Le tout s’ajoutant à un départ sur blessure (élongation sur vieille sciatique qui traînait…) et, peu après, à une course sous la neige qui nous a accompagnés un bout de chemin également ! Heureusement j’ai fait toute la course avec mon copain Philippe (de la Rochelle), ainsi qu’avec Raphaël, mais pour celui-ci uniquement jusqu’à Buc (1er ravito). Raphaël s’est malheureusement fait mal sur sa blessure au genou en tombant au 14è. Le terrain ultra glissant a été propice en effet à de nombreuses chutes et abandons.

Heureusement aussi qu’il y avait l’arrivée à la Tour Eiffel pour finir en beauté un trail très gris (le temps), et marron (la boue). Et en prime, vu que nous sommes arrivés à minuit une à l’arrivée, nous étions à minuit pile dans les marches qui mènent au premier étage : donc, illumination de la Tour juste avant d’arriver ! ça aidait à oublier les douleurs aux jambes qui, du fait de la boue, étaient particulièrement plus marquées que d’habitude en ultra. La classe quand même de d’arriver en dominant Paris, sous une pluie de lumières qui clignotent ! (en revanche la tenue boueuse c’était moins la classe). Plus une petite bière après l’arrivée, pour fêter dignement la St Patrick !

La prochaine fois je choisirai un jour où il fait beau, et pis c’est tout ! (mi mars, c’est compliqué…) »

IMG-20180318-WA0014

Retour de course – Le Week-end Club 2018 à Reims

Un Week-End Club placé sous le triple signe de la neige, de la gadoue et du champagne !

20180318_092717

Les 15 coureurs du club ont défié la neige (10 cm à notre réveil sur les côteaux champenois) qui s’est rapidement transformée en gadoue au cours de leurs courses (15 et 35 km). Heureusement, d’aucun avait pris quelques forces la veille et se sont reconfortés à l’arrivée grâce à l’excellent champagne, presque servi à flots.

Un grand coup de chapeau à toutes et à tous qui ont bataillé jusqu’à 2h22 (Bravo Dominique!) sur le 15 km et 4h37 sur le 35 km (Bravo Sylvie, première de sa catégorie) pour venir à bout de ce « Snow & Mud Day« .

20180318_180841

Resteront une surperbe ambiance, des paysages plendides sous la neige et quelques caisses d’un breuvage qui semble substituer l’eau dans ces terres.

A l’année prochaine !?