Florence nous donne les bonnes raisons de participer à la « Sans Raison »!

« Hier je suis allée courir la Sans Raison à Velizy. Une course dont l’intégralité des bénéfices est reversée à l’association Laurette Fugain. Je n’y ai vu aucun autre CIVC. J’ai loupé quelqu’un ?

Cette course nature, dont c’est la troisième édition, se déroule dans les bois de Meudon et Velizy et propose deux distances 16 et 36 kms et un relais 2*8 kms. Au total un peu plus de 1000 finishers.

Malgré le temps franchement maussade, grêle, vent, pluies battantes et le terrain boueux, c’est une fait une course assez assez agréable car vraiment nature, intégralement en forêt, souvent en sous bois, parfois avec des vues en hauteur, sur La Défense par exemple. On y trouve pas mal de singles mais aussi des allées assez larges pour relancer; ma montre annonce 300 m. de dénivelé sur le 16km.

L’ambiance est bon-enfant, familiale, un peu de musique au départ et à l’arrivée, des bénévoles souriants et encourageants malgré les violentes rafales et les averses, plus dures encore pour eux que pour les coureurs. Le cadeau c’est un gobelet télescopique qu’il ne faut pas oublier d’emporter car sinon, pas d’eau sur le parcours !

Le ravito de l’arrivée est constitué de reblochon, vin chaud ( animation assurée par les Sainfoins du Pays dEn Haut, avant de partir, ils ont chanté des chants de montagnes – donc ravito de montagne aussi !!  ) et soupe de légumes. Le départ comme l’arrivée se font sur la piste du stade, propice au sprint final et le gymnase, vaste, permet de se tenir bien au chaud avant le départ et de se changer confortablement à l’arrivée.

Pour une petite course de banlieue comme ça, on a même une médaille ! de tortue. Je ne sais pas quel est le message là-dessous….Une tortue dont la carapace est une trace de semelle. Je n’ose y voir une moquerie envers la vitesse de certains. Ou certaines. Ah oui parce que je n’étais pas là pour une quelconque performance mais pour m’amuser sur un terrain différent, donc on ne parlera pas du classement, sans intérêt. Au début, sous la grêle, je me suis que je n’allais pas tellement m’amuser et j’ai failli repartir en me disant qu’ainsi je pourrais encore donner mon sang à St Remy en y arrivant avant la fermeture. Mais un je-ne-sais-quoi m’a fait rester et finalement, pas si mal La Sans Raison ! »

>> Plus d’informations sur la course : lasansraison.com