Initiation à l’utilisation des bâtons en trail

C’est une dizaine de coureurs qui ont suivi Eric en lieu et place de la traditionnelle séance de fractionné du mercredi soir.

Au programme  : Découverte des bâtons de trail

  1. Pourquoi et quand utiliser des bâtons?
  2. Comment les choisir ?
  3. Comment les utiliser?

Nous nous sommes tous donc remémoré les cours de physique avec « la force » ( flèche en carton que vous pouvez observer sur les photos), opposée à la poussée du bâton Puis nous avons  appris à distinguer les différents types de bâtons existants, à les choisir en fonction de notre besoin, et à les régler selon la morphologie de chacun. Figurez vous qu’il y a un bâton droit et un bâton gauche !

Enfin nous avons pratiqué : monter, descendre, monter, descendre, monter, descendre … il y a une dynamique à acquérir … puis nous voilà prêts à gravir des montagnes … euh non … enfin pas encore … un peu d’entrainement sera encore nécessaire!

Pour conclure et ne plagier personne, je crois qu’il ne faut retenir qu’une chose : « ce qui est le plus important d’après Mr Bouisset, c’est le planté du bâton » 😉

Merci à Eric pour cette chouette séance.

Les beaux jours arrivent et… les insectes aussi !

C’est la saison : le soleil, la chaleur, les jambes à l’air, le corps mis à nu. Et pourtant, le danger rôde !
Dans les herbes folles, en sous bois, minuscule, quasi invisible, mais il est un ennemis redoutable : les tiques sont de retour !
 
Les huiles essentielles sont de très bonnes armes contre ce parasite. J’ai trouvé une recette pour nous épargner piqûres et craintes.
 
À quantité égale mélanger :
– Huile essentielle de lavande aspic
– Huile essentielle d’arbre à thé (tea tree)
– Huile essentielle d’eucalyptus citronné
 
Vous pouvez utiliser une fiole en compte goutte en verre ou un pulvérisateur en verre en y ajoutant autant de vinaigre d’alcool que d’huiles essentielles ainsi qu’une même quantité d’eau. Les huiles essentielles seules sont trop lourdes pour être pulvérisées.
 
ATTENTION : NE PAS APPLIQUER DIRECTEMENT SUR LA PEAU. L’huile essentielle d’eucalyptus est photosensible (Ex : 2 gouttes sur les chaussettes, les chouchou, les casquettes…).
De plus, tester d’abord le mélange sur une petite partie de la peau !
 
Toutefois, il ne s’agit pas d’une solution miracle ! Après chaque sortie, je vous invite à inspecter vos corps avant et après la douche et même le lendemain. Nous ne sommes jamais assez vigilant. Et ça, c’est l’un des meilleurs remèdes.
 
À vos baskets !
 
Ps: La lavande aspic soulage les piqûres de moustiques aussi, l’eucalyptus citronné est efficace contre un certain nombre de nos cher nuisibles tel les moustiques, les fourmis… et l’arbre à thé assèche les boutons d’acné.

MOOC « Entrainement au Trail et UltraTrail »

Au mois d’Avril, la plate forme France Universite Numérique a mis en ligne un MOOC (Massive Open Online Course) sur le sujet du “Entrainement en Trail et UltraTrail”, prepare par l’Universite Paul Sabatier de Toulouse, présenté par des traileurs et agrémenté d’interviews de médecins, kiné, nutritionnistes…etc…

Deux membres du CIVC (au moins) ont suivi ce MOOC et l’ont trouvé informative et de qualité.

Un MOOC est un cours en ligne sous forme de videos ( typ. < 15’ ), de ressources diverses et d’opportunités d’évaluation et d’interactivité.

Les ressources du MOOC ( dont les videos, transcripts du texte et “slides” ) restent disponibles à disposition des personnes qui se sont inscrites ( gratuitement ) au MOOC.

Le bureau du CIVC a téléchargé l’ensemble des ressources. Seuls les Quizz et l’interactivité ne sont plus accessibles lorsqu’on visualise ces ressources en dehors de la plateforme et de la fenêtre de diffusion.
L’ensemble tient sur 130 fichiers occupant un espace de 7 GB.

Si certains d’entre vous sont intéressés pour obtenir une copie de ces videos et documents, vous pouvez faire parvenir un disque externe ou une carte SD de plus de 7 GB à l’un des membres du bureau. Il ou elle vous sera restituée avec une copie des ressources téléchargées.

Pourquoi la PPG (article 2)

ppg2

2. Pourquoi les coureurs font-ils des exercices de PPG ?

La préparation Physique Généralisée a trop souvent été négligée dans les pratiques de course hors stade. Aujourd’hui nous savons que nous ne courons pas uniquement avec nos jambes mais que de nombreuses chaînes musculaires rentrent en jeu dans cette activité. En effet les exercices de PPG permettent de mobiliser de nombreux groupes musculaires utilisés pendant la course et pour le maintien général du corps en exercice (mollets, ischio-jambiers, quadriceps, adducteurs, fessiers, épaules, abdominaux, dorsaux…). La pratique régulière de ces exercices permet donc de rendre la foulée du coureur plus efficace en renforçant la puissance des muscles propulseurs, en réduisant les déséquilibres musculaires et articulaires, en développant le répertoire moteur du sportif et en prévenant les risques de blessures.

A suivre…

A lire prochainement : les étirements

Pourquoi un bon échauffement (article 1)

Maître Joss nous prodigue quelques conseils :

echauffem1

1. Pourquoi un bon échauffement est-il indispensable avant d’aborder la séance ?

L’échauffement permet d’éveiller le corps à l’effort demandé. L’objectif est d’activer les grandes fonctions cardiaques et respiratoires et de préparer muscles et articulations à des intensités de travail plus importantes. Comme son nom l’indique l’échauffement permet l’élévation de la température interne des groupes musculaires qui seront sollicités. Il est aussi une entrée mentale dans l’activité et permet à chacun d’évaluer sa condition physique en écoutant son corps.

Dans un premier temps le coureur se mobilise doucement en marchant vite ou en trottinant lentement (allure jogging) pendant 5 à 10 minutes.

Dans les 10 minutes suivantes, l’échauffement spécifique à l’effort tolère un rythme de course plus élevé (footing) où l’on mobilisera de façon plus active les groupes musculaires utilisés pendant la course et en pratiquant des exercices de renforcement musculaires ou des gammes.

Dans tous les cas l’échauffement doit être progressif dans son intensité et adapté aux âges des coureurs, à leur niveau et à la température extérieure.

Prochain article : 2. Pourquoi la préparation physique générale (PPG) ?